Avec l’annonce de la labellisation de la French Tech Lisbonne pour les années 2023-
2025, nous avons décidé de discuter avec le Président de la French Tech Lisbonne,
Antoine Blanchys, pour mieux se préparer à la nouvelle saison. 


 Antoine, quand était le début de l’époque de la Tech au Portugal ?


Le développement de la Tech au Portugal a commencé il y a 10 ans, par les
universités de Coimbra et Lisbonne, où la formation des ingénieurs et 
développeurs IT est de très haut niveau. Les incubateurs de ces universités ont
lancé la première vague de la tech dans le pays sur la base avec aussi des plans de
modernisation lancés par l’Etat portugais. L’incubateur Startup Lisbon a été lancé par
la Mairie et a contribué à faire émerger des startups, certaines étant devenues des
licornes. Avec le déplacement du WebSummit à Lisbonne en 2016, le pays a inscrit
sa capitale sur la carte de références de la tech européenne puis mondiale, étant
donnée la couverture de l’évènement.
Aujourd’hui, le Portugal a réussi à se positionner à la fois comme un endroit trendy,
cool, sympa pour la vie de famille et aussi hub tech et de business. Ce qui attire des
fondateurs de startups, des digital nomads et même des pôles tech. Par ex, plusieurs
constructeurs automobiles européens y ont leur labs techs et expérience clients.
Au final, la valeur des licornes au Portugal aujourd’hui représente 10% du PIB du
pays, ce qui est proportionnellement élevé.


 Quelles sont les activités principales de French Tech Lisbonne ? 


Depuis notre création en 2016 à Lisbonne, notre mission principale était de
connecter l’écosystème de la Tech française et portugaise, faciliter la vie des
nouveaux arrivants de France au Portugal, qu’ils soient entrepreneurs, startups
voulant entrer sur le marché portugais, investisseurs, porteurs de projets dans les
cryptos par ex.
Nous organisons des conférences comme “Tech is Impact”, ou on a accueilli des
speakers français et portugais autour de sujets de greentech, comme “Reflaunt”, “La
ruche qui dit oui”, “Too good to go”, les VCs aussi; ainsi que les meetups au sujet de
“No-code” par exemple, quand les représentants de ce mouvement étaient
à Lisbonne de passage, ou une soirée thématique avec des podcasters français
résidents ou de passage au Portugal avec Carlos Diaz, Mareika Finot, Gregory
Pouy,  et Julien Devaureix.
Nous faisons le lien entre les entités portugaises représentatives de la Tech : Startup
Portugal, Startup Lisbon, le Ministère et les autorités et entreprises françaises.
Enfin, nous sommes un point d’animation et de relais durant la semaine du
WebSummit.

Pourriez-vous nommer les start-up français qui ont réussi au Portugal? 


“Blablacar”, « Chauffeurs privés”, “Lidya”, «Too good to go», OVH cloud se sont
lancées au Portugal.

Il y a aussi quelques fondateurs français, des CTOs installés en Digital Nomads et
qui travaillent à distance pour la France, des tech labs.
Et pas mal d’entrepreneurs cryptos aussi.

Que signifie la labellisation pour les années 2023 – 2025 pour la French Tech
Lisbonne et quels sont les projets pour l’année 2023? 


Nous voyons la labellisation de la French Tech Lisbonne comme une reconnaissance
du travail effectué comme pivot d’animation des communautés techs et
entrepreneuriales françaises à Lisbonne. Nous avons réuni plus de 100 personnes à
la fois, sur différents évènements.
Pour l’année 2023 nous envisageons de prolonger ce rôle-pivot d’animation de la
communauté française, de pont entre les éco-systèmes français et portugais et de
relais français durant le WebSummit.
Nous développons une formule « Meetup » mensuel pour accueillir les nouveaux
arrivants et rassembler.
Les French Tech Déj visent à répondre à des problématiques pratiques pour les
entrepreneurs. Ils s’inscrivent autour de thématiques comme : “développer son E-
Commerce”, “Lean Management”, “Recruitment au Portugal”.
Et puis événements plus ambitieux comme la conférence sur “Cybersécurité” en
mars, le gros double-événement en France et au Portugal dans le domaine du
“Développement durable” que nous allons organiser avec l’Ambassade de France au
Portugal.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *